[Livre] Jean Christophe Grangé – Kaïken

critique-kaiken-grange-thriller

Je rafole des bouquins de Jean Christophe Grangé (Le vol des Cigognes, Les rivières pourpres et Le passager sont à lire si vous êtes passé à côté). Cet ancien reporter nous fait ici partager sa passion pour le Japon, et on voit clairement qu’il a emmagasiné une quantité effarante de connaissances sur l’histoire et la culture Japonaise. Le bouquin en est d’autant plus effrayant par sa clarté et son côté authentique.

Il porte le nom du Kaiken, poignard que les femmes Japonaise utilisaient pour se suicider. On suit ici les péripéties d’Olivier Passan, un flic aux méthodes très limites affecté à la Brigade Criminelle de Paris. Olivier Passan n’a qu’une obsession : trouver et prendre en flag l’Accoucheur, ce tueur en série qui éviscère des femmes enceintes et brûle leur foetus à côté de leur corps éventré. Pas très joyeux comme trame de fond mais j’ai trouvé que Grangé nous épargnait pas mal les détails gores contrairement à d’autres de ces ouvrages. Rien de poétique et de particulièrement bucolique, mais on évite la démesure de gore et c’est appréciable !

A la manière d’un Maxime Chattam (que j’adore également), Jean Christophe Grangé nous fait entrer dans le cognitif et la vie du meurtrier pour essayer, sans le légitimer, d’expliquer ce qui peut transformer un être humain en véritable monstre. Mais le plus fort, dans Kaïken, c’est l’intrigue principale qui met du temps à se lancer et ne manquera pas de vous surprendre, redonnant un souffle au récit au milieu du bouquin et vous obligeant à dévorer le roman en une fois ou presque, sans aucun répit.

Du très bon Grangé, loin des clichés Japonais. Même la couverture de chez Albin Michel est une réussite !

La lecture continue :

Partagez cet article si il vous a été utile :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *