[critiqué ciné] London Boulevard (2011)

critique-cine-london-boulevard

Mitchel sort de prison et est hébergé par son ami Billy, un voyou Londonien. Mitchel devient assez rapidement le garde de Charlotte, une star de cinéma qui reste cloitrée chez elle pour éviter les paparazzi. Il tente tant bien que mal de rester éloigné de la pègre Londonienne mais bien vite son passé va le rattraper.

London Boulevard est un film dans le pur esprit Anglais qui bénéficie d'une photographie réussie mais d'un scénario un peu trop plat qui se résume dans une phrase de Mitchel : "i will hurt someone before he hurts me". Je m'attendais à un film de gangster à la Guy Ritchie mais on en est loin. C'est au final assez mou et seules les 30 dernières minutes, très violentes à l'instar de The Departed, arrivent à nous captiver.

Keira Knightley est insupportable dans son rôle de star avec ses airs hautins, son jeu d'actrice surfait et sa personnalité insipide. Une simple potiche qui au final n'a pas un rôle important tant l'histoire entre Charlotte et Mitchel est mal exploitée. Colin Farrell est en revanche parfait et David Thewlis le suit de près.

critique-cine-london-boulevard-2011

La B.O. fait penser à Rock'n'rolla, The Bank job, Lock, stock et compagnie et c'est évidemment un gage de succès puisque cette bande son apporte un dynamisme certain à London Boulevard.

critique-cine-film-london-boulevard-2011

London Boulevard est porté par des acteurs convainquants dans l'ensemble mais n'arrive certainement pas à la cheville de Les Infiltrés que nous avait proposé à l'époque Monahan. Si le film s'éparpille dans divers registres et semble se chercher, la fin est quand même réussie.

[rating:3/5]

La lecture continue :

Partagez cet article si il vous a été utile :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *